Fin de la trêve hivernale : « À mon âge, je ne peux pas me retrouver à la rue »

Par

Après une prolongation, la trêve hivernale s’achève ce 31 mai. Les associations ont réclamé au gouvernement un nouveau répit. En vain. Dès le lendemain, les expulsions locatives pourront reprendre. La Fondation Abbé Pierre estime que 30 000 ménages sont concernés. Alors, elle apporte une aide juridique aux locataires menacés d’expulsion dans sa permanence parisienne. Reportage.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Amin* souffle. Élise*, la juriste qui traite son dossier, vient de lui rappeler qu’il a quelques mois de répit ce mercredi matin de mars. Elle lui apprend que la trêve hivernale a été prolongée par le gouvernement jusqu’au 31 mai et qu’il ne pourra pas être expulsé dans l’intervalle. Le délai est bienvenu mais ne règle rien à long terme. Une question taraude l’homme de 59 ans qui vit dans le Nord-Est parisien. La preuve, il la pose plusieurs fois, un peu effrayé derrière son masque et son rire inquiet.