Les Roms plongés dans une précarité grandissante

Par
Un an après le discours prononcé à Grenoble par Nicolas Sarkozy, l'intensification de la lutte contre les campements illégaux a aggravé la situation des «Roms». Les associations s'alarment.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«La règle est claire: les clandestins doivent être reconduits dans leur pays.» C'était il y a un an, le 30 juillet 2010. Nicolas Sarkozy prônait, dans un discours prononcé à Grenoble, la «fermeté absolue dans la lutte contre l'immigration illégale». En ligne de mire, les Roms et leurs campements considérés comme des «implantations sauvages», des «zones de non-droit que l'on ne peut pas tolérer en France».