Les policiers lanceurs d'alerte continuent d'être harcelés par leur ministère

Par

L'administration Sarkozy avait engagé des procédures disciplinaires contre plusieurs fonctionnaires qui avaient alerté l'opinion publique sur les dysfonctionnements de la maison police. Manuel Valls ne semble pas prêt à reconsidérer leur cas et les procédures de sanction se poursuivent comme si de rien n'était.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Tous deux sont policiers et étaient dans le viseur de l'administration Sarkozy pour avoir alerté l'opinion publique sur des dysfonctionnements de la maison police. Le plus connu, l'ex-commandant de police Philippe Pichon, qui avait informé l'opinion publique des usages illégaux du Stic, un méga fichier de police aujourd'hui disparu, a vu sa carrière et sa vie brisées sous le précédent gouvernement.