L’Etat français enferme les migrants en transit à Calais par centaines

Lors de sa visite à Calais, le ministre de l'intérieur a promis des « tentes chauffées » aux exilés vivant dans le bidonville. Depuis, les placements en rétention se multiplient. Des familles sont séparées car les migrants interpellés sont envoyés aux quatre coins du pays. Les associations dénoncent un « recours massif » à la privation de liberté.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Cela a commencé lors de la visite de Bernard Cazeneuve à Calais. Et cela n’en finit pas. Depuis le 21 octobre, des centaines de migrants et réfugiés vivant dans ce qui est devenu l’un des plus vastes bidonvilles d’Europe (6 000 personnes survivent tant bien que mal dans la « new jungle » devenue quasi officielle, à l’écart de la ville) sont interpellés et placés dans des centres de rétention administrative (CRA) partout en France : selon les décomptes du militant Philippe Wannesson sur son blog Passeurs d’hospitalités, 46 exilés ont été envoyés à Nîmes le jour du déplacement du ministre de l’intérieur, 50 au Mesnil-Amelot en région parisienne le lendemain, 50 à Toulouse-Cornebarrieu le 23 octobre, 62 à Metz le 25 octobre, 50 à Marseille le 26 octobre, 50 à nouveau à Nîmes le 27 octobre. « Les rafles continuent », note le blogueur, qui observe qu’une cinquantaine de personnes sont arrivées au centre de rétention de Vincennes le 29 octobre. Les CRA de Nice, Oissel et Marseille seraient également mis à contribution.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

À ne pas manquer

Migrations — Enquête
L’accueil toujours « décousu » des réfugiés ukrainiens en France
Plus de 30 000 personnes auraient trouvé refuge en France depuis le début de la guerre d’invasion russe en Ukraine, en février. Si le gouvernement a assuré que tous les moyens seraient mis en œuvre pour les accueillir, la désorganisation persiste, regrettent les acteurs de terrain.
par Nejma Brahim et Floriane Alaoui
Attention inflation !
L’économie française sous la menace de la hausse des prix
La croissance a stagné au premier trimestre et ne devrait pas faire beaucoup mieux au deuxième. La compression des revenus réels et l’indifférence quasi complète du gouvernement conduisent à une situation des plus préoccupantes. Toute l’économie se recroqueville.
par Romaric Godin
Politique
Sortants, conseillers et parachutés : la « réinvention » macroniste ne passera pas par l’Assemblée
Emmanuel Macron a réuni mardi les candidats de son camp aux élections législatives. La future majorité qu’il espère obtenir s’annonce macroniste jusqu’au bout des ongles. Le chef de l’État a fait confiance aux députés, conseillers et ministres de son premier quinquennat, balayant les espoirs d’élargissement et de renouvellement dans ses rangs.
par Ilyes Ramdani
Justice — Reportage
Au procès de la députée Sira Sylla : « Le collaborateur s’occupait aussi des livraisons de champagne »
La députée de Seine-Maritime Sira Sylla a été une nouvelle fois jugée aux prud’hommes pour répondre de faits de harcèlement sur un collaborateur, qui devait notamment garder son chien et lui acheter cigarettes et champagne. L’élue n’était pas présente à l’audience, étant en campagne pour sa réélection, avec le soutien de la majorité.
par Antton Rouget

Nos émissions

À l'air libre
par Nada Maucourant Atallah et Marie-Jo Sader
À l'air libre
par À l’air libre
Ouvrez l’Élysée
par Usul et Ostpolitik