A Nice, la fatigue et l’abattement sont tombés sur la ville

Par Sana Sbouai

Après qu’un nouvel attentat l’a endeuillée jeudi, la ville azuréenne semble comme hébétée. Dans les paroles, un sentiment de ras-le-bol prend le dessus. Et dans toutes les mémoires, l’attentat du 14-Juillet 2016 reste très présent. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Nice (Alpes-Maritimes).– Jacques Dalmasso, retraité, malade et fatigué, a décidé de s’installer sur une chaise trouvée là, face à la basilique Notre-Dame de l’Assomption, au beau milieu de l’avenue Jean-Médecin. Au cœur de la ville de Nice, il est venu se joindre à l’hommage organisé ce vendredi 30 octobre en mémoire des trois personnes tuées lors de l’attentat de la veille, Vincent Loquès, sacristain et père de famille, Simone Barreto Silva, aide-soignante et mère célibataire de 44 ans, et une seconde paroissienne de 60 ans, Nadine Devillers.