Dossier: l'argent russe du Front national

Marine Le Pen a officiellement rencontré Vladimir Poutine le 24 mars 2017. Des rencontres officieuses avaient eu lieu en 2014 et 2015, alors que le FN et Jean-Marie Le Pen avaient obtenu deux prêts russes pour un montant total de 11 millions d'euros. Le parti d'extrême droite avait transmis à Moscou en 2014 une demande portant sur des besoins financiers estimés à 40 millions d’euros, d'ici à 2017. Il a mobilisé une galaxie d'intermédiaires et d'oligarques.

Marine Le Pen signe à nouveau pour de l’argent russe

Par Marine Turchi
Marine Le Pen en visite à Moscou, le 24 mars 2017. © Reuters Marine Le Pen en visite à Moscou, le 24 mars 2017. © Reuters

Après avoir profité de deux prêts russes en 2014, le Front national a signé, le 15 juin 2016, une troisième demande de prêt avec une banque russe. Cet emprunt de trois millions d’euros est « destiné à financer la campagne électorale française ». Nous publions ce document à en-tête du parti. Le FN assure que ce projet « n’a eu aucune suite ». Marine Le Pen a été reçue par Vladimir Poutine le 24 mars.

Poutine-Le Pen: une rencontre et beaucoup de questions

Par Agathe Duparc et Marine Turchi
Marine Le Pen et Vladimir Poutine lors de leur entretien, le 24 mars 2017 à Moscou © Reuters Marine Le Pen et Vladimir Poutine lors de leur entretien, le 24 mars 2017 à Moscou © Reuters

Marine Le Pen a été reçue pour la première fois officiellement par Vladimir Poutine vendredi. Si le président russe s’est défendu de vouloir « influencer les événements en cours », la question de l’ingérence de la Russie dans la campagne du FN, qui a profité en 2014 de deux prêts russes, revient sur la table. 

La chute de la banque russe du FN

Par Agathe Duparc et Marine Turchi
capture-d-e-cran-2017-01-28-a-18-53-55

Depuis sa faillite, la banque qui a prêté 9 millions d’euros au FN est dans le viseur de la justice russe. Et à travers elle, toutes les irrégularités qui se sont déroulées en coulisses. Le prêt au FN a été transféré à une obscure petite société moscovite. Un ancien vice-directeur a été arrêté, soupçonné de détournements massifs. Le FN refuse de se prononcer sur cet imbroglio.   

« Front national, l'œil de Moscou »: enquête sur l'alliance avec la Russie de Poutine

Par Marine Turchi
Prince Zurab Chavchavadze, le directeur financier de Malofeev, avec Jean-Marie Le Pen, à Moscou, en octobre 2014. © Spécial Investigation / Canal Plus. Prince Zurab Chavchavadze, le directeur financier de Malofeev, avec Jean-Marie Le Pen, à Moscou, en octobre 2014. © Spécial Investigation / Canal Plus.

Une enquête de « Spécial Investigation » (Canal Plus) démontre que les Le Pen sont en contact avec le milliardaire russe Konstantin Malofeev, un proche de Vladimir Poutine. Nos confrères ont enquêté à Paris, Moscou et Vienne sur la filière russe du FN.

Les craintes d'un eurodéputé FN sur les réseaux russes de Marine Le Pen

Par Marine Turchi
Aymeric Chauprade avec un autre eurodéputé FN. © « Spécial investigation » / Canal Plus Aymeric Chauprade avec un autre eurodéputé FN. © « Spécial investigation » / Canal Plus

« Spécial Investigation » révèle ce lundi soir une conversation édifiante dans laquelle un eurodéputé FN pro-russe met en garde Aymeric Chauprade sur des proches de Poutine qui voudraient « phagocyter » Marine Le Pen. L'élu l'alerte également sur un personnage-clé de la filière russe du FN qu'il juge « mafieux »: son ami Konstantin Malofeev, un oligarque proche du Kremlin.

Le FN a obtenu ses millions russes

Par Karl Laske et Marine Turchi
Au parlement européen, le 29 avril 2015. © Reuters Au parlement européen, le 29 avril 2015. © Reuters

Selon nos informations, le FN a reçu l'intégralité du prêt russe de 9 millions d'euros. De nombreuses zones d'ombre subsistent. Une commission d'enquête parlementaire sur ces financements pourrait débuter à l'automne.

Crimée et finances du FN: les textos secrets du Kremlin

Aymeric Chauprade, Jean-Luc Schaffhauser et Marine Le Pen au parlement européen, le 27 novembre 2014. © Reuters Aymeric Chauprade, Jean-Luc Schaffhauser et Marine Le Pen au parlement européen, le 27 novembre 2014. © Reuters

Des milliers de documents ont été piratés par les hackers d'«Anonymous International» auprès d'un responsable de l'administration présidentielle russe. Il y est question de la manière dont Marine Le Pen doit être « remerciée » en échange de son soutien sur la Crimée, en mars 2014. Dans les mois qui suivent, la présidente du FN et son père ont obtenu des prêts russes à hauteur de 11 millions d'euros pour leur activité politique.

Au Front national, le lobbying pro-russe s'accélère

Par Marine Turchi
M. Le Pen et le trésorier du FN, W. de Saint-Just, au congrès du parti le 29 novembre. © Reuters M. Le Pen et le trésorier du FN, W. de Saint-Just, au congrès du parti le 29 novembre. © Reuters

Marine Le Pen balaie la question d'éventuelles contreparties politiques aux prêts russes du FN en affirmant que l'engagement pro-russe de son parti est ancien. Depuis deux ans, elle a pourtant mis en place un véritable lobbying: multiplication des voyages et rencontres, nombreuses déclarations défendant les intérêts russes, postes et investitures confiés à des pro-russes.

Au congrès du FN, la « camaraderie » russe est bruyamment mise en scène

Par Pseudonyme
Andreï Issaïev, vice-président de la Douma, à la tribune du congrès du FN. © Reuters Andreï Issaïev, vice-président de la Douma, à la tribune du congrès du FN. © Reuters

Bien qu'interdit par le Front national, Mediapart a suivi de l'intérieur son congrès à Lyon.

Argent du FN: les hommes de la filière russe

Aymeric Chauprade. © dr Aymeric Chauprade. © dr

Après avoir expliqué avoir été « contrainte » de se tourner vers la Russie, Marine Le Pen a dévoilé lundi cinq réponses de banques. Mais le FN se refuse à rendre publics ses contrats de prêts en Russie. Pour obtenir ces financements, le parti d'extrême droite a mobilisé une galaxie d'intermédiaires et d'oligarques. Enquête sur les principaux acteurs de cette opération.

Le Front national décroche les millions russes

Par Marine Turchi
Au Parlement européen, le 2 juillet 2013. © Reuters Au Parlement européen, le 2 juillet 2013. © Reuters

La présidente du FN a obtenu, en septembre, un prêt de 9 millions d’euros de la First Czech Russian Bank. 2 millions d’euros ont déjà été versés. À l’approche du congrès du FN, ce financement, obtenu après un intense lobbying des dirigeants frontistes à Moscou, pose la question de l’origine des fonds.

La Russie au secours du FN : deux millions d’euros aussi pour Jean-Marie Le Pen

Jean-Marie Le Pen et Marine Le Pen au parlement européen. © Reuters Jean-Marie Le Pen et Marine Le Pen au parlement européen. © Reuters

Parallèlement à l’emprunt par le FN de 9 millions d’euros, l’association de financement présidée par Jean-Marie Le Pen a reçu, en avril 2014, deux millions d’euros d’une société chypriote qui aurait été détenue par Yuri Kudimov, un ancien du KGB reconverti dans la banque d’État russe VEB Capital. L’argent a été envoyé depuis un compte suisse. Le Pen affirme qu’il s’agit d’un prêt.

Le troisième prêt russe des Le Pen

Par Karl Laske et Marine Turchi
Marine et Jean-Marie Le Pen, au congrès du FN, le 29 novembre 2014. © Reuters Marine et Jean-Marie Le Pen, au congrès du FN, le 29 novembre 2014. © Reuters

Le président d’honneur du Front national a expliqué à Mediapart avoir d’ores et déjà décroché un nouveau financement pour son micro-parti Cotelec, dont il n'a pas communiqué le montant. Après l’emprunt de 9 millions auprès de la First Czech Russian Bank (FCRB), et celui de 2 millions de la société chypriote Vernonsia, c’est donc le troisième emprunt obtenu en Russie. « Je peux même vous dire que j’étais emprunteur de 20 millions », a dévoilé Le Pen.

Le FN attend 40 millions d'euros de Russie

Par Marine Turchi

Selon les informations obtenues par Mediapart, les responsables du Front national ont voulu emprunter en Russie une somme globale de 40 millions d’euros. Les 9 millions obtenus de la First Czech Russian Bank ne sont que « la première tranche », a confirmé un haut responsable du FN. Le député européen Jean-Luc Schaffhauser admet avoir été rétribué 140 000 euros pour son rôle.

Alexandre Babakov, l'homme clé du prêt au FN, a caché sa fortune en France

Par Agathe Duparc

Député à la Douma, proche du Kremlin et membre du parti pro-Poutine, Alexandre Babakov fait de troubles affaires en Ukraine et en Tchéquie. Il a accumulé une fortune à l'étranger – dont un château de 11 millions d'euros dans les Yvelines –, qu'il s'est gardé de déclarer en Russie.

Prêt russe au FN : La déclaration de Schaffhauser bientôt validée

Par La rédaction de Mediapart

Les éclaircissements apportés par l'eurodéputé élu sur les listes FN n'ont pas convaincu la présidence du parlement européen, qui a sollicité l'avis du président d'un comité consultatif interne. Mais ce dernier s'apprête à valider sa déclaration d'intérêts financiers.

Prêt russe au FN: le parlement européen s'empare de l'affaire

Par Ludovic Lamant

Le président du parlement européen veut un examen de la déclaration d'intérêts financiers de Jean-Luc Schaffhauser, l'eurodéputé qui a permis l'obtention d'un prêt de neuf millions d'euros en Russie pour le FN. L'affaire provoque des remous à Bruxelles.

Le FN renforce ses connexions russes

Par Marine Turchi
Aymeric Chauprade lors de la présentation de sa candidature par Marine Le Pen, le 24 avril. Aymeric Chauprade lors de la présentation de sa candidature par Marine Le Pen, le 24 avril.

De Paris à Moscou, en passant par Vienne, les réseaux russes du Front national se tissent, grâce à plusieurs personnages clés gravitant autour du conseiller international de Marine Le Pen, Aymeric Chauprade. Que cherche le FN : convergences idéologiques, intérêts géopolitiques, soutien logistique et matériel ?

Les réseaux russes de Marine Le Pen

Par Marine Turchi
Au Parlement européen, le 2 juillet. © Reuters Au Parlement européen, le 2 juillet. © Reuters

Marine Le Pen ne se contente pas de dire tout le bien qu'elle pense de Vladimir Poutine. Son parti et son entourage cultivent de solides réseaux russes, à Paris comme à Moscou. Ces liens sont bien plus que géopolitiques.