Un Brexit "doux" était inévitable dès 2017

Par
Theresa May aurait dû dire dès 2017, après la perte de sa majorité parlementaire aux législatives de juin, qu'un Brexit plus "doux" qu'envisagé initialement était inévitable, estime le responsable de la discipline parlementaire du Parti conservateur dans une interview diffusée lundi par la BBC.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

LONDRES (Reuters) - Theresa May aurait dû dire dès 2017, après la perte de sa majorité parlementaire aux législatives de juin, qu'un Brexit plus "doux" qu'envisagé initialement était inévitable, estime le responsable de la discipline parlementaire du Parti conservateur dans une interview diffusée lundi par la BBC.