Les cyberattaques bousculent le droit de la guerre

Par

Alors que Jean-Yves Le Drian vient de réaffirmer que la France était engagée dans la « lutte informatique offensive », le droit international, lui, patine. Un processus international de discussions a bien mené à l'adoption d'un « Manuel de Tallinn » non contraignant, mais certains soulignent le danger à donner aux cyberattaques le même statut qu'aux attaques conventionnelles.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Vendredi 25 septembre, l’École militaire, à Paris, avait des airs de « cyber 14-Juillet ». Le ministre français de la défense, Jean-Yves Le Drian, y recevait ses homologues britannique, Michael Fallon, et belge, Steven Vandeput, pour le premier colloque international « CyberDéfense ». Une vingtaine de délégations étrangères, des universitaires, humanitaires, dirigeants d’entreprises étaient réunis pour une journée de conférences et ateliers.