Les habitants des favelas de Rio en première ligne d’une guerre sanglante contre les pauvres

Par

Agatha, huit ans, a été tuée par la police dans une favela de Rio de Janeiro fin septembre. Avant elle, quatre autres enfants ont été tués dans la ville en 2019. Les habitants des favelas dénoncent la politique du gouverneur de l’État de Rio de Janeiro où 1 249 personnes ont été tuées par la police entre janvier et août 2019. Mais le climat politique du Brésil ne leur estles c pas du tout favorable.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Rio de Janeiro (Brésil), de notre correspondant.– Agatha avait huit ans. Fin septembre, dans une favela de la zone nord de Rio de Janeiro, elle été tuée par la police. Selon les habitants, un policier a cru voir un suspect passer à moto, a fait feu et a manqué son coup, touchant un van où se trouvait Agatha. Les résultats de l’enquête, publiés le 19 novembre, deux mois après sa mort, ont montré que la version des habitants était la bonne : un caporal a effectué un tir de sommation pour faire arrêter deux hommes sur une moto, dont l’un portait un cadre de fenêtre que le policier assure avoir pris pour une arme. Le tir a ricoché sur un poteau électrique avant de toucher l’enfant.