L’Ouzbékistan parviendra-t-il à se libéraliser?

Dix-huit mois après la mort de son dictateur depuis l'indépendance, Islam Karimov, l'Ouzbékistan prétend s'ouvrir aux libertés. Non sans difficultés.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Le New York Times s'est plongé dans la réalité ouzbek. Dix-huit mois après la mort d'Islam Karimov, dictateur du pays depuis son indépendance en 1991, son successeur, Shavkat Mirziyoyev, affirme vouloir sortir de la logique autoritaire. Mais les opposants, peu nombreux, sont encore emprisonnés et poursuivis, et déconstruire une police politique fondée sur la répression intérieure sera très difficile. 

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale