La mort de Ben Laden, ou l'espoir d'un nouveau cycle

Par
Au moment où les États-Unis se replient sur eux-mêmes et où le monde arabe a entamé sa libération, la disparition du leader terroriste pourrait clore un cycle d'affrontements et de connivences néfastes entre les Occidentaux et le monde musulman.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Oussama Ben Laden a échappé plusieurs fois au sort que lui destinaient les Etats-Unis. En 1998, lorsque des missiles de croisière ciblèrent l'un de ses camps en Afghanistan. En décembre 2001, quand l'armée américaine le laissa glisser hors de la nasse au cours de la bataille de Tora Bora dans les montagnes afghanes. Il y a peut-être eu d'autres occasions ratées entre 2002 et 2004 lorsque les forces spéciales faisaient de sa neutralisation une de leurs priorités – des agents de la CIA disent l'avoir repéré à plusieurs reprises.