Le régime algérien expulse la députée LFI Mathilde Panot

La députée de La France insoumise Mathilde Panot s’est rendue en Algérie pour exprimer son soutien et sa solidarité aux acteurs et actrices du Hirak. Interpellée moins de deux jours après son arrivée, à Bejaïa, dans le nord du pays avec sa délégation, elle a été renvoyée manu militari vers la capitale Alger pour y être placée en séjour surveillé, puis vers la France après intervention du Quai d’Orsay.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Mathilde Panot, députée insoumise du Val-de-Marne et vice-présidente du groupe parlementaire La France insoumise (LFI) à l’Assemblée nationale, se souviendra de son voyage en Algérie au pays du Hirak. Interpellée le 1er octobre, moins de deux jours après son arrivée à Bejaïa, dans le nord du pays avec sa délégation, puis renvoyée manu militari vers la capitale Alger pour y être placée en séjour surveillé, elle a dû dire adieu à son programme bien rempli aux côtés des révolutionnaires algériens.