Climat: François Hollande et Xi Jinping veulent le beurre et l'argent du beurre

Par

Une déclaration des présidents chinois et français appelle à un accord qui relève le défi du changement climatique, en respectant l'équité entre les pays et en maintenant « une croissance économique forte », tout en gardant « l'objectif de contenir l’élévation de température en dessous de 2 °C ». Des intentions louables, mais des demandes incompatibles.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En visite en Chine, à quatre semaines de l’ouverture de la COP21, François Hollande cherche l’appui de Pékin afin de défendre « un accord global et ambitieux pour permettre de limiter à deux degrés le réchauffement » de la planète. Le président français et son homologue chinois Xi Jinping ont signé une déclaration selon laquelle « l’accord de Paris doit envoyer un signal clair afin que le monde engage une transition vers un développement vert et sobre en carbone ». Les deux présidents appellent à un accord « fondé sur l’équité », et souhaitent orienter l’économie mondiale « sur la voie d’une réduction des émissions de carbone durant ce siècle, à un rythme compatible avec une croissance économique forte et un développement social équitable et avec l’objectif de contenir l’élévation de température en dessous de 2 °C ». Les intentions sont louables, mais l’objectif est-il encore d’actualité ?