Un boomerang pour le journaliste qui a lancé ses chaussures sur George Bush

Par
Montazer al-Zaïdi, célèbre pour avoir lancé ses chaussures sur Bush, a été lui-même, mardi, la cible d'une attaque similaire, revendiquée par un journaliste irakien, Seif el Khayyat. L'ambiance était tendue lors de la conférence de presse que tenait Zaïdi pour témoigner de son expérience et des tortures dont il a été victime.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le monde entier se souvient de ce jour de décembre 2008, où un journaliste irakien avait jeté ses chaussures à la figure de George W. Bush. Un geste qui lui avait valu une certaine célébrité, le lancer de chaussure devenant un moyen insolite de «protestation» à travers le monde. Montazer al-Zaïdi a tenu mardi une conférence de presse plutôt mouvementée au centre d'accueil de la presse étrangère (CAPE), au Grand Palais à Paris, à l'occasion de sa tournée européenne.
Mais en quelques minutes, la conférence a failli mal tourner...
Le journaliste irakien exilé à Paris, Seif el Khayyat, a joué au «renvoyeur de chaussure». C'est ainsi qu'il est venu exprimer son mécontentement quant à cet hommage rendu mardi à Zaïdi qui, selon lui, a jeté le déshonneur sur les Irakiens:
Par ce geste, «tu n'as fait qu'apporter la honte sur les journalistes irakiens», a-t-il assené à son confrère.
«Tu nous as rabaissés, nous, journalistes irakiens à casser nos stylos et jeter nos chaussures. Si ton intention était sincère, le premier sur qui tu aurais dû jeter tes chaussures aurait dû être Nouri el Maliki (le premier ministre irakien) et non George Bush, qui a libéré de la tyrannie trois peuples: les Libanais de l'occupation syrienne, les Afghans des Talibans et l'Irak de la dictature de Saddam Hussein