Syrie: l'intervention française se fait avec un mandat international ambigu

Par

Depuis les attentats du 13 novembre, le gouvernement a changé le fondement légal de son intervention militaire en Syrie. Elle est désormais placée sous le régime de la « légitime défense individuelle ». En toute discrétion.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En France, c’est un débat qui n’existe pas. Il y a les partisans et les opposants des frappes militaires en Syrie. Il y a des critiques sur la coalition internationale. Mais en dehors des petits cercles de spécialistes, il n’y a pas de discussion sur le mandat international avec lequel la France frappe des positions de l’État islamique (EI, ou Daech) en Syrie. Comme si le droit international n’était plus franchement une question pertinente en temps de « guerre contre le terrorisme ». En Grande-Bretagne, en revanche, le débat agite le parlement, appelé à se prononcer mercredi sur l’engagement de l’armée britannique en Syrie.