Analyse des gazouillis du président Tump hostiles à la presse

Par

Depuis l'annonce de sa candidature en 2016, Donald Trump à gazouillé (tweeté) plus de 1300 fois à l'encontre de la presse et des journalistes, allant du sarcasme à la menace en passant par l'insinuation ou le dénigrement populiste rageur. le CPJ (Comité pour la protection des journalistes – Committee to Protect Journalists, en anglais), sur son excellent site, propose une description détaillée d'une telle pratique monomaniaque ne souffrant ce qui remet en cause un sentiment de toute puissance et d'impunité. Passionnant (en anglais).

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Comment le président des États-Unis en vient à donner crédit aux dictateurs de la planète tout en concentrant ses critiques sur la presse américaine, passant de la dénonciation de prétendus bobards (« fake news ») à une déclaration de haine sans complexe à l'encontre d'un contre-pouvoir qui ose informer librement, là où prévaut désormais la déformation de la vérité – ou plutôt le « champ de distorsion de réalité », pour reprendre l'expression de l'éphémère directeur de la communication à la Maison Blanche, Anthony Scaramucci.