En Libye, intermédiaires et lobbyistes en avance sur la diplomatie française

Par et Clement Fayol

Le nouveau premier ministre libyen Abdel Hamid Dbeibah, dont la désignation serait entachée de corruption selon une enquête de l’ONU, s’était offert en 2018 pour un million et demi d’euros, et dans un montage alambiqué depuis le Qatar, les services de lobbyistes et d’intermédiaires français pour devenir présidentiable. Tandis que la diplomatie française et l’Élysée cherchaient en vain à être au cœur du jeu.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les conférences du forum mondial « Normandie pour la paix » se succèdent les 7 et 8 juin 2018. Hervé Morin, président de la région Normandie, ouvre le bal. Les anciens ministres Jean-Pierre Raffarin, Hubert Védrine et l’ex-ambassadeur de Russie en France Alexandre Orlov sont parmi les têtes d’affiche. Il faut attendre la sixième conférence « Quelles solutions pour un nouvel État libyen ? » pour qu'intervienne Abdel Hamid Dbeibah.