A Mossoul, l'aviation de la coalition fait des centaines de morts civils

Par Jérémy André

Pour avancer à tout prix dans les quartiers de l’ouest de la ville encore tenus par l’État islamique, les forces irakiennes font de plus en plus appel aux bombardements aériens de la coalition menée par les États-Unis. Son commandant en chef vient de reconnaître qu’une frappe avait provoqué la mort de plus de 140 civils. L’armée française dément être impliquée. Sur place, les témoignages abondent sur d’autres bombardements et font état de centaines de victimes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Mossoul (Irak), de notre envoyé spécial.-  « Le sol tremblait à chaque frappe aérienne. Ils bombardaient tous les jours, surtout la nuit. » Oum Mustafa, 43 ans, raconte encore terrifiée les journées vécues sous les bombes et missiles dans un quartier de Mossoul. Assise sous l’une des grandes tentes du camp d’Hammam Al-Alil, qui accueille les personnes déplacées, elle s’est tout juste échappée avec ses enfants du quartier de Mossoul Al-Djadida (le Nouveau Mossoul), à l’ouest de la métropole du nord de l'Irak.