Christine Lagarde à la BCE: une femme sous allégeance

Par

Christine Lagarde a été jugée comme la candidate idéale pour succéder à Mario Draghi. Un choix dangereux, au moment où les politiques monétaires menées depuis dix ans sont à bout de souffle et où il va falloir autorité intellectuelle et audace pour trouver d’autres chemins.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le casting est parfait. En apparence. Après trois jours de désaccords et de querelles, les dirigeants européens semblent avoir trouvé la réponse idéale en proposant la nomination de Christine Lagarde à la tête de la Banque centrale européenne (BCE). C’est une femme. Après avoir passé huit ans à la présidence du Fonds monétaire international (FMI), elle est devenue une star de la finance internationale, faisant aussi bien les unes du Wall Street Journal que de Vogue.