En Espagne, la droite du PP tentée de reprendre la rhétorique anti-immigration de la Ligue italienne

Par

À peine élu à la tête du Parti populaire, Pablo Casado a multiplié les sorties sur les dangers de l’immigration, alors que plus de 500 migrants atteignaient chaque jour les côtes espagnoles fin juillet. Ses adversaires dénoncent l’alignement du parti sur les extrêmes droites européennes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le paysage politique espagnol est longtemps resté une exception en Europe : malgré la violence de la crise économique et sociale, et l’envolée du taux de chômage, aucun des quatre grands partis n’avait fait de l'immigration son cheval de bataille. Cette exception européenne a pris fin avec l’arrivée de Pablo Casado à la tête du Parti populaire (PP, droite). Les cadres du PP ont choisi, le 21 juillet, ce jeune loup de la politique espagnole, et Casado n’a pas tardé, quelques jours à peine après son élection, à durcir le ton sur les enjeux migratoires.