Exploitation minière des océans : la ruée vers le fond

Par Floriane Louison

L’exploitation minière des grands fonds marins pourrait s’ouvrir d’ici deux ans. L’État insulaire du Nauru, « le pays qui s’est mangé lui-même », est à la manœuvre pour récolter des nodules polymétalliques, malgré les immenses incertitudes scientifiques.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Nauru : 21 kilomètres carrés pour 12 000 habitants perdus sur une île de l’océan Pacifique. Leur histoire est devenue un quasi-mythe de l’Anthropocène, cette époque où nous vivons, caractérisée par la magnitude géologique des bouleversements écologiques causés par les humains. Ce micro-État était assis sur un trésor : d’immenses gisements de phosphate, utilisé pour les engrais dont l’agro-industrie fait un usage massif. Ils ont creusé la terre jusqu’à la fin, amassant une richesse colossale et dilapidée. Un jour, le sol s’est tari. Le phosphate n’est pas infini.