Entre la Turquie et la Grèce, les jeux de la force et de l’intimidation

Par et

Les manœuvres militaires des deux pays se multiplient en Méditerranée orientale depuis l’envoi d’un navire de recherche sismique turc dans les eaux grecques. Athènes est en état d’alerte face aux mouvements d’Erdogan, qui suivent sa doctrine de la Patrie bleue, imposant la force militaire sur la diplomatie classique. La crise que traversent les voisins ennemis est la plus longue de ces quatre dernières décennies.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La Turquie qui accuse fin août Athènes de « piraterie » en tentant d’« armer » une île démilitarisée. La Grèce qui dénonce l’« agression » d’Ankara qui « viole ses droits souverains ». Le ton monte chaque jour entre les deux pays. Au cœur de l’actuelle discorde : la présence du navire turc de recherche sismique Oruc Reis depuis le 10 août dans la zone économique exclusive (ZEE) grecque, au large de la Crète.