Le drame d’une mère, symbole d’un Brésil inégalitaire

Par

Le décès en juin d’un enfant laissé sous la responsabilité de la patronne de sa mère, une employée domestique, a révolté le Brésil. Il dévoile le portrait d’un pays toujours plus inégalitaire. Le procès s’ouvre jeudi 3 décembre.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Recife (Brésil).– Le 2 juin 2020 en début d’après-midi, Mirtes Renata, une employée domestique, promène la chienne de sa patronne Sari Corte Real au pied des « tours jumelles », d’immenses immeubles de luxe qui déchirent le ciel du centre historique de Recife, dans le nord-est du Brésil.