L’Etat islamique en 2018, vu par les services secrets

Par

Depuis plusieurs mois, l’organisation terroriste anticipait la perte de son califat. Les services de renseignement français craignent désormais la relocalisation des troupes sur d’autres théâtres de djihad et l’envoi de clandestins en Europe par le biais d’un mystérieux « Comité d’émigration et de logistique », basé en Turquie, au Liban et en Jordanie.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Face à Laurent Delahousse, le 17 décembre dernier, Emmanuel Macron ne s’avance pas trop lorsqu’il prédit que « d’ici à mi- ou fin février, nous aurons gagné la guerre en Syrie ». La guerre contre l’État islamique, s’entend. Au-delà des défaites militaires de l’EI et de la perte de l’essentiel du territoire de son califat en 2017, le président de la République s’appuie sur des notes des services secrets qui, depuis plus d’un mois, lui annoncent « le basculement prochain [de l’organisation terroriste] dans la clandestinité ».