Violence et désespoir s’emparent des migrants oubliés en Bosnie-Herzégovine

Par et Simon Rico

Vendredi soir, de très violents affrontements ont éclaté dans le camp de réfugiés de Bira, à Bihać, au nord-ouest de la Bosnie-Herzégovine. Entre les squats de Sarajevo et les camps surpeuplés, des milliers de réfugiés sont toujours bloqués dans ce pays. Sans grand espoir de pouvoir passer dans l’Union européenne.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Bosnie-Herzégovine, envoyés spéciaux. – La nuit est tombée sur Izačić. Malgré la neige, le ballet des voitures et des camions se poursuit dans l’unique rue du village, à la pointe nord-ouest de la Bosnie-Herzégovine, jouxtant la frontière croate. Cinq jeunes hommes originaires d’Algérie et du Maroc sont attablés sous la véranda, ni chauffée ni éclairée, du café Stari Beg, « Le Vieux Bey ».