L’embarras dans le monde patronal est manifeste, au lendemain de la votation sur la limitation des salaires des dirigeants. Car l’initiative suisse pourrait faire des émules. Les électeurs ont approuvé à 67,9 % le texte d’initiative populaire proposé par le conseiller aux États Thomas Minder, visant à plafonner les rémunérations des dirigeants. Signe encore plus inquiétant pour le monde des affaires : la proposition a obtenu une majorité dans tous les cantons. Transcendant les appartenances politiques habituelles, les électeurs suisses se sont retrouvés pour condamner ensemble les pratiques des dirigeants d’entreprise. C’est plus qu’un avertissement dans un pays censé ne pas avoir de problème avec l’argent et les riches.