Kadhafi-Sarkozy : un avocat surprise pour faire taire l'ex-numéro deux libyen

Par et

Me Marcel Ceccaldi, l’avocat de Bachir Saleh, ex-directeur de cabinet de Kadhafi, sort opportunément un « pouvoir spécial » grâce auquel il prétend contester les propos de l'ancien premier ministre libyen, Baghdadi Ali al-Mahmoudi, sur le financement de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007. Le collectif des avocats tunisiens, contacté par Mediapart, maintient de son côté les accusations portées contre le président-candidat. Décryptage.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les manipulations se poursuivent dans l’affaire Kadhafi avec, en fond, un embarras de plus en plus perceptible du pouvoir. Après les dénégations de deux anciens dignitaires libyens et l’ouverture d’une enquête judiciaire contre Mediapart sur plainte du président de la République, un célèbre avocat de la Françafrique, Me Marcel Ceccaldi, vient de sortir du chapeau un nouveau démenti opportun pour l’Élysée.