Présidentielle américaine: Bernie Sanders, l’insoumis

Par

Bernie Sanders, c’est l’homme de gauche que les démocrates n’avaient pas vu venir. Avant les dernières primaires dans son camp, revenons sur l’impressionnante percée du sénateur, ses objectifs et ce que sa progression dit du trouble que connaît son parti.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

New York, de notre correspondante.-  Chez les démocrates américains, la crise d’hystérie n’est pas loin. Des élus pro-Clinton accusent le camp Sanders d’ouvrir un boulevard à Donald Trump en donnant l’image d’un parti divisé et désuni. Sur les réseaux sociaux, des partisans de Bernie Sanders disent leur haine d’Hillary Clinton et menacent de ne pas voter pour elle si elle est candidate en novembre. Les grands médias de la côte Est sont accusés de partialité en faveur de l’ancienne secrétaire d’État et, de fait, les analyses nuancées sont de plus en plus rares… Tous semblent avoir beaucoup de mal à admettre l’ampleur de leurs divisions idéologiques, à continuer de se respecter, et à réfléchir à une synthèse. C’est la panique, et pour cause : le parti démocrate ne sait plus de quoi il est le nom au pire moment, quand en face, il y a Donald Trump.