En Italie, la «flat tax» ancre bien à droite le nouveau gouvernement

Par

Le nouveau gouvernement italien a pour priorité la forte réduction de la progressivité de l’impôt avec un impôt à taux unique de 15 % légèrement amendé. Une mesure centrale inspirée par le cœur de la pensée néolibérale et qui ne pose pas que des problèmes budgétaires.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est la priorité du nouvel exécutif italien : en finir avec l’impôt progressif pour établir un impôt proportionnel. L’heure est à la mise en place de l’impôt à taux unique ou « flat tax », complètement pour l’impôt sur les sociétés, partiellement (avec deux taux très proches) pour l’impôt sur le revenu. Cette flat tax traduit la vraie inspiration du nouveau gouvernement, très fortement marqué par le néolibéralisme. Car la flat tax est devenue une des obsessions des « réformateurs » depuis plus de trente ans.