Après les Philippines, l’Etat islamique vise l’Indonésie et le Bangladesh

Par

Responsables d’attentats meurtriers dans les années 2000, les djihadistes indonésiens, décimés par une répression brutale, sont en pleine réorganisation. Sous l’influence des combattants rentrés du Proche-Orient et de Daech, de multiples groupes armés veulent désormais étendre le califat jusqu’en Birmanie.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il n′y a pas que les Philippines. L’irruption de la coalition djihadiste au sud de ce pays (lire L’Etat islamique prend pied aux Philippines) coïncide avec le réveil dans des pays voisins, de l’Indonésie jusqu’au Bangladesh, de courants islamistes radicaux de plus en plus influencés par les conflits du Moyen-Orient. L’Indonésie est la plus exposée à l’influence de ce djihadisme philippin rassemblé derrière le drapeau noir de Daech. Il n’y a que 500 kilomètres de mer entre le nord des Célèbes et le sud de Mindanao. L'Indonésie abrite la plus importante population musulmane de la planète. Elle a connu, dans les années 2000, une vague de terrorisme islamiste très brutalement réprimée. Enfin, plusieurs centaines de ses habitants sont partis pour l'étranger combattre au nom de l’islam. L'Indonésie est ainsi la plus exposée à une déstabilisation à laquelle sa jeune démocratie pourrait ne pas survivre.