Si les faits se confirment, il s’agira d’un crime d’État unique en son genre. Dans des notes posthumes obtenues par Mediapart, l’ancien premier ministre de Libye Choukri Ghanem rapporte que deux hauts responsables du renseignement libyen ont eux-mêmes inoculé, en 1998, le virus du VIH à des centaines d’enfants hospitalisés à Benghazi. Une « opération spéciale » d’empoisonnement qui aurait été avouée devant témoins par le chef du renseignement militaire, Abdallah Senoussi, en 2007, au lendemain de la libération des infirmières bulgares et d’un médecin palestinien accusés à tort.