L’un des favoris des élections catalanes fera campagne depuis la prison

Par

L’indépendantiste Oriol Junqueras, chef de file de la gauche républicaine (ERC) pour les élections du 21 décembre, reste en détention, tandis que six autres ex-conseillers régionaux ont été libérés sous caution, lundi matin. Cette décision va tendre la campagne, qui s’ouvre mardi.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Oriol Junqueras, le chef de file de l’ERC, la gauche républicaine catalane, qui bataille pour la première place dans les sondages à l’approche des élections du 21 décembre, fera campagne depuis sa cellule madrilène de Soto de Real. Ainsi en a décidé le juge du Tribunal suprême, qui a refusé sa demande de remise en liberté provisoire, présentée vendredi dernier. Le même juge, Pablo Llarena, a également bloqué la demande de liberté conditionnelle de l’ancien « ministre de l’intérieur » catalan, le conservateur Joaquim Forn (PDeCAT), tout comme celles de ceux que l’on appelle en Espagne « les deux Jordi » : Jordi Sànchez et Jordi Cuixart, à la tête des deux principales associations favorables à l’indépendance en Catalogne (l’Assemblée nationale catalane – ANC –, et Omnium Cultural).