En Colombie, l’ex-guérilla des Farc est minée par les divisions

Par

L’Armée de libération nationale (ELN) a annoncé un cessez-le-feu unilatéral d’un mois, à compter du 1er avril, le présentant comme un « geste humanitaire » en ces temps de pandémie. Mais une partie de l’autre guérilla, les Farc, a repris les armes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Bogotá (Colombie), correspondance.– Jesus Emilio Carvajalino, alias Andrés Paris de son nom de guerre, semble sorti d’un autre siècle lorsqu’il déboule avec l’air bonhomme d’un tonton communiste, dans ce café d’un quartier branché de Bogotá. Comme tous les ex-commandants des Farc, il ne passe pas inaperçu lors de ses déplacements. Dehors l’attendent deux voitures blindées, portières ouvertes et gardes du corps aux aguets sous le ciel lourd de la capitale colombienne.