En Grèce, un raz-de-marée pour le «non»

Par

Les Grecs ont très majoritairement voté dimanche contre le plan des institutions du 25 juin. Alexis Tsipras, le premier ministre et chef de Syriza, a remporté une manche face à ses partenaires européens. Reportage dans une Grèce plus polarisée que jamais.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De notre envoyée spéciale à Athènes.- Le suspense n'a pas duré plus de deux heures. Alors que les sondages publiés juste après la fermeture des bureaux de vote pour le référendum de dimanche en Grèce donnaient une très légère avance du « non », les résultats donnés par le ministère de l'intérieur une heure et demie plus tard sont sans appel. Sur plus de 34 % des bulletins dépouillés, le « non » obtient plus de 60 % des suffrages (lire ici notre "live" avec les réactions et les résultats).