Au cœur de la Roumanie, les Sicules sont toujours en quête d’autonomie

Par

À l’issue de la Première Guerre mondiale, Bucarest obtenait en récompense de son ralliement à la Triple Entente le rattachement de la Transylvanie. Cent ans après, une enclave magyarophone au centre de l’actuelle Roumanie continue de revendiquer son autonomie : le Pays sicule.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Budapest (Hongrie).– Sur la carte administrative, rien n’indique son existence. Pourtant, passée la ville de Târgu Mures – les Hongrois disent Marosvásárhely –, sa citadelle du Moyen Âge, son Palais de la culture construit durant la Double Monarchie, sa cathédrale orthodoxe de l’entre-deux-guerres, et ses HLM qui ont logé les paysans roumains et fait basculer la démographie de la ville dans la seconde moitié du XXsiècle, on entre dans un monde à part.