Après le rejet massif de la nouvelle Constitution, le président chilien est affaibli

Contre toute attente, le Chili a dit « non » au texte soumis par la Convention constitutionnelle. Le président Gabriel Boric a invité tous les secteurs politiques à se réunir pour trouver un nouveau projet. Il a annoncé qu’il lancera un nouveau processus constituant, avec le Congrès comme protagoniste.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Santiago (Chili).– La réponse a été retentissante : le Chili a dit « non » à la nouvelle proposition constitutionnelle dans toutes les régions du pays. Le rejet du texte qui envisageait le plus grand nombre de droits sociaux au monde l’a emporté avec 61,97 % des voix, contre 38,03 % pour l’option « J’approuve » (« Apruebo » en espagnol).

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal