Turquie: la liquidation du parti pro-kurde, avant le parti unique

Par

La justice turque a enclenché la liquidation du parti pro-kurde, le HDP, qui a annoncé dimanche qu’il cessait toute activité au Parlement. Ankara opte pour une stratégie du pire, censée permettre au président Erdogan de s’imposer comme le maître absolu du pays.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Istanbul (Turquie), de notre correspondant.– « Nous allons mettre hors d’état de nuire toutes les organisations terroristes, nous allons les mettre à genoux et nous allons leur réclamer des comptes » : c’est avec ces mots, publiés sur Twitter, que le vice-premier ministre turc Numan Kurtulmus a accueilli le placement en détention provisoire vendredi 4 novembre de Selahattin Demirtas et Figen Yüksekdag (avec laquelle Mediapart s'est entretenu en juillet 2016), les deux coprésidents du Parti démocratique des peuples (HDP), la principale formation politique pro-kurde, ainsi que de sept autres députés de ce parti. En réaction, dimanche, ce parti a annoncé qu’il cessait toute activité au Parlement.