Les Vénézuéliens, épuisés par la crise, votent massivement pour l'opposition

Par

Pénurie et inflation occupent tous les esprits: «crise» ou «guerre» économique, la vie des Vénézuéliens est bouleversée. Cette rapide dégradation a pesé lourd dans la large victoire de l'opposition, la première depuis 1999, lors des législatives du 6 décembre.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L'opposition vénézuélienne a remporté, dimanche 6 décembre, la majorité absolue en sièges au parlement, que contrôlaient les socialistes depuis 1999, au vu des résultats encore partiels disponibles lundi en tout début de journée. L'Union démocratique (opposition) s'assure d'ores et déjà le contrôle de 99 sièges et les socialistes de seulement 46, sur un total de 167 à l'Assemblée nationale, a fait savoir la commission électorale, alors qu'il reste un certain nombre de sièges à pourvoir. Cette victoire de l'opposition, qui devra cohabiter avec le président Nicolas Maduro, marque la fin de l'ère Chavez. La profonde crise économique que connaît le pays a lourdement pesé dans ce scrutin. Ci-dessous, le reportage de notre envoyé spécial.