A Hong Kong, Pékin applique sa loi d’airain à l’opposition démocrate

Par

Plus de cinquante personnalités du camp démocrate hongkongais ont été arrêtées mercredi. Les autorités utilisent la loi sur la sécurité nationale imposée par la Chine en juillet pour les accuser de « subversion ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le camp démocrate de Hong Kong a été la cible mercredi 6 janvier de la vague d’arrestations d’opposants la plus importante depuis la rétrocession de la colonie britannique à la Chine en 1997, montrant la dégradation des droits et des libertés dans l’ancienne colonie britannique. Cinquante-trois personnalités – anciens parlementaires, conseillers de districts, militants et avocats – ont été détenues par un millier de policiers à partir de 6 heures.