«Les épidémies sont des accélérateurs d’inégalités»

Par

Rompu à la médecine de guerre après des années dans l’humanitaire, Jean-François Corty exerce dans une clinique parisienne qui gère des fins de vie de malades graves du Covid, non prioritaires, en réanimation. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La nuit dans une clinique parisienne, à pratiquer des soins palliatifs sur des malades graves du Covid-19 considérés comme non prioritaires dans les services de réanimation débordés ; le jour dans un centre d’hébergement à soigner les plus vulnérables, femmes seules, familles précaires, SDF à la rue, contaminés par le virus qui bouleverse le monde : Jean-François Corty est sur tous les fronts depuis que l’épidémie de coronavirus frappe la France. Rompu à la médecine de guerre après plus de vingt ans dans l’humanitaire sur les théâtres les plus sanglants de la planète, dont la moitié à l’ONG Médecins du monde en tant que directeur des opérations internationales, il pose un regard sans concession sur la situation sanitaire française.