Municipales en Italie: l'ascension du Mouvement Cinq-Étoiles fragilise Renzi

Par Mathilde Auvillain

Le premier tour des élections municipales partielles en Italie confirme le crépuscule de la droite berlusconienne et l’ascension du Mouvement Cinq-Étoiles, largement en tête à Rome. Le M5S s’impose comme le véritable adversaire du gouvernement de Matteo Renzi, « insatisfait » de la nouvelle géographie politique qui se dessine en Italie. Deuxième tour le 19 juin prochain.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Rome (Italie), de notre correspondante.– « Il fallait un choc. C’est un moment historique. Cette fois c’est vraiment notre tour, nous pouvons le faire ! » Dimanche 5 mai, dans la soirée, Virginia Raggi affichait un sourire radieux. À 23 heures passées, les bureaux de vote venaient de fermer leurs portes, déjà les premiers sondages sortis des urnes donnaient la candidate du Mouvement Cinq-Étoiles largement en tête dans la course au Capitole. L’avocate de 37 ans, conseillère municipale sortante et mère d’un petit garçon de 7 ans, est arrivée seule dans sa voiture personnelle à son « QG », dans le quartier Ostiense à Rome. Cet ex-quartier industriel, en voie de gentrification, est loin des salons du centre historique et surtout loin du Nazareno, le siège du parti démocrate (PD), où Matteo Renzi accusait le coup de ce premier revers depuis son arrivée au pouvoir.