Au Brésil, le virus a mis au jour les faiblesses de Bolsonaro

Par

Petites phrases, mépris, scandales, démissions, crises politiques… pendant la pandémie, rien n’est épargné aux Brésiliens. Une partie des alliés et des électeurs se détournent de Jair Bolsonaro, alors que le président d’extrême droite se radicalise.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Rio de Janeiro (Brésil), de notre correspondant.– Par six fois, l’hélicoptère de l’armée survole l’esplanade des ministères à Brasília. À son bord, Jair Bolsonaro salue une petite foule de partisans clairsemée. Il atterrit 40 minutes plus tard pour faire quelques allers-retours perché sur un cheval de la police militaire.