Migrants, Syrie: l’ONU impuissante

Par

Le débat général de la 71e session de l’assemblée générale de l’ONU, qui s’est ouverte le 20 septembre à New York sur fond de guerre froide, s’est achevé sans que les dirigeants du monde ne soient parvenus à s’accorder sur les deux thèmes principaux : la crise des migrants et le conflit syrien. Un nouveau secrétaire général, Antonio Guterres, devrait être élu ce jeudi.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

New York (Nations unies), de notre correspondante.- « Sur les migrants, le bilan est nul et sur la Syrie, il est catastrophique », assure un diplomate. La « bavure » des États-Unis, qui venaient de bombarder par erreur les positions de l’armée syrienne et de faire plus de 80 morts parmi les soldats, ainsi que l’attaque d’un convoi humanitaire par les Russes, n’ont certes pas contribué à réchauffer l’atmosphère. En l’espace d’une semaine, du 20 au 26 septembre, les 140 chefs d’État et de gouvernement présents pour le débat général qui a ouvert la 71e assemblée générale des Nations unies, à New York, ont confirmé que la diplomatie mondiale était entrée dans une phase de récession – les quinze membres du Conseil de sécurité se sont toutefois mis d'accord, mercredi 5 octobre, sur la candidature du Portugais Antonio Guterres à la tête de l'organisation. Il devrait être formellement élu ce jeudi 6.