Turquie: jugés pour avoir demandé le retour de la paix dans le Sud-Est

Par

La justice turque a commencé mardi à juger 1 128 universitaires accusés de « propagande terroriste » parce qu’ils avaient signé, en janvier 2016, une pétition demandant l’arrêt des opérations militaires au cœur des villes kurdes du sud-est de la Turquie. Ils encourent jusqu’à sept ans et demi de prison.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Istanbul (Turquie), de notre correspondant.- Olcay Kunal n’imaginait pas qu’il finirait sur le banc des accusés d’une cour d’assises quand, en janvier 2016, il a apposé son paraphe sur une pétition demandant le retour de la paix dans les zones de peuplement kurde du sud-est de la Turquie. Depuis l’automne, les combats avaient repris entre les forces de sécurité turques et la rébellion du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), après deux ans et demi de trêve et de recherche d’une paix négociée. Des nouvelles alarmantes arrivaient de la région, théâtre d’affrontements urbains sans précédent dans l’histoire du conflit kurde.