Dette tunisienne: Hollande exhume une annonce de... l'été 2013!

Par

Le président de la République tunisienne, Béji Caïd Essebsi, est à Paris pour rencontrer François Hollande, lors d’une visite d’État de deux jours. La question de la dette tunisienne est de nouveau à l'ordre du jour, mais l’issue du sommet s’annonce une nouvelle fois décevante.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est le serpent de mer qui revient dès que l’on évoque les relations franco-tunisiennes : oui, il faut aider la Tunisie dans son chemin vers la démocratie. Mais avec quels moyens ? Le président français, François Hollande, a annoncé mardi 7 avril que 60 millions d’euros de la dette tunisienne seront convertis en « projets d’investissement », en vertu d’un accord signé ce jour entre les deux ministères des affaires étrangères. S’exprimant lors d’une conférence de presse conjointe à l’occasion de la visite d’État de Béji Caïd Essebsi à Paris, le chef de l’État français a réaffirmé l’engagement de la France à soutenir la transition démocratique en Tunisie, et fait savoir que des « correspondances seront régulièrement effectuées avec les pays européens afin d’apporter l’appui nécessaire à la Tunisie ».