«La responsabilité de la France est engagée dans des crimes de guerre»

Agnès Callamard, secrétaire générale d’Amnesty International après avoir été rapporteuse spéciale des Nations unies, dénonce des « lois liberticides » en France et la « responsabilité de la France dans des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité », notamment via la vente d’armes à l’Arabie saoudite. 

Cet article est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

Agnès Callamard, secrétaire générale d'Amnesty International © A l'air libre
PDF

«À l’air libre », l’émission qui ouvre en grand les fenêtres !

Au sommaire :

Notre grand entretien avec Agnès Callamard : cette experte française des droits de l’homme, mondialement connue, vient de quitter son poste de rapporteuse spéciale des Nations unies sur les exécutions extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires. Elle est désormais la nouvelle secrétaire générale de l’ONG Amnesty International, qui publie ce 7 février son rapport annuel sur la situation des droits humains dans le monde.

> Au programme : les droits de l’homme dans le monde en ces temps de pandémie, l’Arabie saoudite, le Mali, mais aussi le rôle et les silences de la France sur la scène internationale.

Voir ou revoir toutes nos émissions ici.

À l’air libre

À la Une de Mediapart

Énergies
Comment le gouvernement veut rattraper le retard français
Dans un contexte de risque élevé de tension sur le réseau électrique cet hiver, l’Assemblée nationale examine, à partir du lundi 5 décembre, le projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire en France.
par Mickaël Correia
Amériques
États-Unis : en Géorgie, une enquête sur l’élection de 2020 menace Donald Trump
L’ancien président a moins de souci à se faire au sujet de la défaite attendue de son poulain, Herschel Walker, lors de la sénatoriale de Géorgie du mardi 6 décembre, que de l’enquête de la procureure Fani Willis, au terme de laquelle il pourrait être inculpé pour fraudes et ingérences électorales.
par Alexis Buisson
Asie et Océanie — Reportage
Rentrer ou pas à Futaba, près de Fukushima : le dilemme des anciens habitants
La dernière des 11 municipalités évacuées en 2011 à proximité de la centrale nucléaire de Fukushima accueille de nouveau des habitants sur 10 % de son territoire. La levée de l’interdiction de résidence, présentée comme un pas vers la reconstruction, ne déclenche pas l’enthousiasme.
par Johann Fleuri
Justice
Les enjeux d’un second procès à hauts risques pour l’ancien président
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert seront rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan

Soutenez un journal 100% indépendant Et informez-vous en toute confiance grâce à une rédaction libre de toutes pressions Mediapart est un quotidien d’information indépendant lancé en 2008, lu par plus de 200 000 abonnés. Il s’est imposé par ses scoops, investigations, reportages et analyses de l’actualité qui ont un impact, aident à penser et à agir.
Pour garantir la liberté de notre rédaction, sans compromis ni renoncement, nous avons fait le choix d’une indépendance radicale. Mediapart ne reçoit aucune aide ni de puissance publique, ni de mécène privé, et ne vit que du soutien de ses lecteurs.
Pour nous soutenir, abonnez-vous à partir de 1€.

Je m’abonne