L'Etat islamique frappe deux fois à Téhéran

Par

Un double attentat commis quasi simultanément mercredi matin dans la capitale iranienne a visé à la fois le Parlement et le sanctuaire du fondateur de la République islamique, l’imam Khomeini, faisant 12 morts et une quarantaine de blessés. C'est la première fois que l’État islamique frappe en Iran.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La sécurité de l’Iran et des Iraniens, c’est le leitmotiv du régime, son point fort, et il avait été mis en avant pendant toute la récente campagne électorale, en particulier dans le camp fondamentaliste. Cette priorité permet de justifier les guerres que les forces armées iraniennes livrent au-delà des frontières, comme le déclarait lui-même le Guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei : « C’est en Syrie que l’on doit combattre Daech [acronyme en arabe de l’État islamique] si on ne veut pas avoir à le faire à Téhéran ou à Kermanshah [ville kurde chiite]. »