Climat: ce qu’il reste à faire après l’accord de Paris

Par

La COP22 sur le climat ouvre lundi à Marrakech. L’accord de Paris, ratifié par 97 pays ou parties, peut entrer en vigueur, mais sa mise en œuvre ne sera pas immédiate. De son côté, la France ne semble pas prête à en tenir compte dans sa politique énergétique.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

À Marrakech, lundi 7 novembre, la COP22 doit s’ouvrir en majesté : l’accord de Paris sur le climat a été ratifié par suffisamment de pays pour entrer en vigueur. C’est une victoire diplomatique : le précédent traité international sur le climat, le protocole de Kyoto, avait mis sept ans à être entériné par les États, qui l’avaient signé en 1997. Pour que l’accord obtenu au Bourget en décembre 2015, en clôture de la COP21, soit ratifié, il fallait qu’au moins 55 pays représentant au moins 55 % du total des émissions de gaz à effet de serre le signent. Au 4 novembre, date de l'entrée en vigueur officielle du texte, 97 parties émettant plus de 69 % du CO2 mondial s’y étaient pliées.