Argentine: la nouvelle droite de Mauricio Macri

Par Marthe Rubio

Cambiemos, la coalition de droite du président, a largement emporté les élections législatives de mi-mandat, inaugurant une nouvelle ère économique et politique en Argentine. Pour la première fois dans l’histoire de la jeune démocratie, un gouvernement non péroniste pourrait effectuer deux mandats successifs. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Buenos Aires (Argentine), correspondance.-  Mauricio Macri a été sous-estimé. D’abord par son père, le milliardaire Franco Macri, qui avait déclaré en 2014 que son fils n’avait pas « l’âme d’un président ». Ensuite par les militants péronistes qui, durant toute la campagne présidentielle de 2015, n’ont cessé de se moquer du « candidat aux ballons de baudruches », au projet politique aussi vide que les milliers de globes multicolores qui décoraient ses meetings. À la surprise générale, le candidat de centre-droit a été élu président, mettant fin à douze années de kirchnérisme, durant lesquelles Néstor Kirchner puis sa femme Cristina Kirchner ont successivement assumé la présidence de la République, de 2003 à 2015.