Italie: un an et demi de lutte contre le gazoduc transadriatique

Par

Manifestations fleuves, grève générale des commerçants, sabotages : depuis un an et demi, les opposant·e·s au projet de gazoduc transadriatique TAP mènent une lutte résolue contre cette infrastructure au sud de l’Italie.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Manifestations fleuves, grève générale des commerçants, sabotages : depuis un an et demi, les opposant·e·s au projet de gazoduc transadriatique TAP mènent une lutte résolue contre cette infrastructure au sud de l’Italie. Ils dénoncent les pollutions qu’elle va occasionner, la destruction de terres agricoles, le bouleversement d’un territoire, la militarisation du chantier. C’est l’une des plus grosses infrastructures énergétiques en construction dans l’Union européenne ; l’ultime tronçon d’un gazoduc de 5 000 km qui, depuis les gisements de la mer Caspienne en Azerbaïdjan, traverserait la Géorgie, la Turquie, la Grèce et l’Albanie puis la mer Adriatique, pour finalement débarquer en Italie aux environs de Lecce, dans les Pouilles.